French English Retour Retour

Une vie de combat


William Dupuy / Picturetank

À l’Est du Congo, des dizaines de groupes armés se livrent une guerre sans merci afin de piller le sol très riche en minerais. Depuis plus de 20 ans, ces multiples rébellions ont engendré toute une génération d’enfants soldats. Kibomango s’élève contre ce fléau. Lui-même ancien Kadogo, comme on les appelle ici, il est surtout connu pour être le champion de boxe de la RDC de 2008.

Lunettes noires, pantalon en skaï, chaussures de boxe made in China et blouson de moto sur le dos, le personnage en impose. Son physique est à l’image de sa vie : violente, balafrée et rugueuse.
« À 14 ans, j’avais déjà vu trop de massacres. Je me suis engagé dans l’armée pour protéger les miens. »

Pendant plus de 11 années, il sera de toutes les batailles jusqu’à ce qu’un éclat d’obus lui fasse perdre son œil gauche. Aujourd’hui, dans un bidonville de Goma, avec d’autres anciens soldats, il enseigne la boxe aux enfants des rues. Ces enfants sont les premières victimes des groupes armés :
« Les recruteurs te promettent de l’argent, des femmes et la reconnaissance éternelle. Mais la seule chose que tu trouves dans la forêt c’est la mort, la faim et l’enfer. Je le sais, je l’ai vécu. »

Quand je lui demande pourquoi, tous les matins, dès 6h, il est devant le stade avec ses deux paires de gants usées et son sac de frappe pour donner un cours à des enfants qui ne pourront pas le payer, sa réponse est très claire :
« Notre pays abandonne ses enfants, pas moi. Je suis comme eux, un enfant des rues, mais tout le monde me connaît comme le champion des champions. Pour les gosses, ça leur donne l’espoir d’être autre chose qu’un “shégué”*. »

*terme utilisé à Goma pour désigner les enfants des rues


 

William Dupuy / Picturetank DUW0620734

La vie de Kibomango est gravée sur son corps. Entre les cicatrices et les tatouages on devine un itinéraire des plus douloureux. En 2009, lors de son dernier combat, il donne un coup fatal à son adversaire qui meurt sur le ring. Très attristé par la mort de son ami, il décide alors de reprendre le club qui l’a fait champion : le club de l’amitié. Il commence alors à enseigner le noble art aux enfants des rues. Il est très vite rejoint par d’autres anciens enfants soldats.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620717

Eritier SHABANYERE, 20 ans, prof du "club de l’amitié". Eritier a 16 ans lorsqu’il se fait enlever sur la route. Il a passé 3 mois dans la forêt à servir les rebelles. "J’ai vu des gamins se faire assassiner car ils demandaient plus de nourriture." Lorsqu’il arrive à s’échapper, il rejoint Goma où il rencontre Kibomango. Ce dernier va lui apprendre la boxe et l’aider à trouver un travail.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620716

Ils sont une trentaine d’enfants ce matin à écouter les consignes des différents coachs. Certains boxeurs déjà confirmés s’entraînent dans leur coin.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620720

"Venir à l’entraînement permet aux enfants des rues d’être autre chose que des shégué*. Ils sont des boxeurs. Ça leur donne un peu de confiance même s’ils repartent de l’entraînement le ventre aussi vide qu’à l’arrivée." Ces enfants sont les premières victimes des groupes armés. Souvent orphelins, les recruteurs savent les appâter avec des promesses d’argent et de pouvoir. Une fois dans la forêt, ils seront drogués et armés afin de grossir les rangs d’une rébellion qui ne sert que l’intérêt d’un chef de guerre.

*terme utilisé à Goma pour désigner les enfants des rues

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620725

Un enfant devant un sac de frappe trop haut pour lui.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620715

Eritier SHABANYERE, 20 ans, prof du "club de l’amitié". Eritier a 16 ans lorsqu’il se fait enlever sur la route. Il a passé 3 mois dans la forêt à servir les rebelles. "J’ai vu des gamins se faire assassiner car ils demandaient plus de nourriture." Lorsqu’il arrive à s’échapper, il rejoint Goma où il rencontre Kibomango. Ce dernier va lui apprendre la boxe et l’aider à trouver un travail.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620726

Tous les adultes qui interviennent dans le club sont d'anciens enfants soldats. Quand je demande à Quedrique si cela est un critère il me répond l'air étonné : “mais nous sommes tous des enfants soldats” comme si il n'était pas possible d'être autre chose.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620727

Tous les adultes qui interviennent dans le club sont d'anciens enfants soldats. Quand je demande à Quedrique si cela est un critère il me répond l'air étonné : “Mais nous sommes tous des enfants soldats” comme s'il n'était pas possible d'être autre chose.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620729

C’est aussi l’occasion pour parler avec les enfants. Tous autour du champion, le coach raconte son histoire : "Dans un groupe armé, ce que l’on te demande c’est de boire le sang de tes victimes. Tu as envie de goûter le sang d’une personne que tu viens de tuer ? Non ! Alors ne prend jamais les armes. Tu as envie de vivre dans la jungle ? De dormir avec les animaux féroces qui peuvent t’attaquer ? Non ! Alors ne rentre jamais dans un groupe armé." La méthode est à l’image du pays, brutale.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620718

"Venir à l’entraînement permet aux enfants des rues d’être autre chose que des shégué*. Ils sont des boxeurs. Ça leur donne un peu de confiance même s’ils repartent de l’entraînement le ventre aussi vide qu’à l’arrivée." Ces enfants sont les premières victimes des groupes armés. Souvent orphelins, les recruteurs savent les appâter avec des promesses d’argent et de pouvoir. Une fois dans la forêt, ils seront drogués et armés afin de grossir les rangs d’une rébellion qui ne sert que l’intérêt d’un chef de guerre.

*terme utilisé à Goma pour désigner les enfants des rues

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620733

Kibomango s'entraine à la fin de son cours.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620735

À part un peu de bricoles dans la mécanique, Kibomango n’a aucun revenu. La boxe ne lui rapporte rien si ce n’est une célébrité auprès des habitants de Goma. Il y a eu un incendie dans son quartier, la mairie en a profité pour raser toutes les maisons construites illégalement. "Quand ils sont venus pour me virer de chez moi, je leur ai dit que je tuerais le premier qui touchait ma maison. Ils me connaissent, ils savent que j’ai déjà tué et que je peux recommencer. Mais ils reviendront et là c’est peut être eux qui me tueront."

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620732

Quedrigue Moke Chito alias Tyson Pacquiao. "La boxe, je fais ça depuis que je suis tout petit. Même dans la forêt j’étais instructeur. On faisait des entraînements, là-bas j’étais vraiment aimé." Cette confidence a un arrière goût de nostalgie. Quedrique a intégré un groupe armé à tout juste 11 ans. Il passera 4 ans dans l’enfer des groupes armés. "Quand je prends un coup je suis obligé de réfléchir à comment riposter et c’est cette réflexion qui me canalise. Si tu ne réfléchis pas tu vas faire n’importe quoi et tu vas prendre encore plus de coups. La boxe c’est donner plus que recevoir, c’est le principe de la sagesse..."

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620714

Un peu avant 6h du matin les premiers boxeurs attendent l'ouverture du stade de foot dans lequel se déroule les entrainements.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620721

Balezi BAGUNDA alias Kibomango, dit le champion des champions ou le coach. À 14 ans, il s’engage volontairement dans la rébellion de Laurent Désiré Kabila. Après 11 années passées de rébellions en rébellions, un éclat d’obus lui emporte son œil gauche. Cela ne l’empêchera pas de devenir champion des Mi-lourds de la RDC en 2008.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620723

Balezi BAGUNDA alias Kibomango, dit le champion des champions ou le coach. À 14 ans, il s’engage volontairement dans la rébellion de Laurent Désiré Kabila. Après 11 années passées de rébellions en rébellions, un éclat d’obus lui emporte son œil gauche. Cela ne l’empêchera pas de devenir champion des Mi-lourds de la RDC en 2008.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620722

Balezi BAGUNDA alias Kibomango, dit le champion des champions ou le coach. À 14 ans, il s’engage volontairement dans la rébellion de Laurent Désiré Kabila. Après 11 années passées de rébellions en rébellions, un éclat d’obus lui emporte son œil gauche. Cela ne l’empêchera pas de devenir champion des Mi-lourds de la RDC en 2008.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620730

La fin de l’entraînement est marquée chaque jour par le même cérémonial. Tous en cercle, les yeux rivés sur Kibomango, le patron, comme on l’appelle ici, commence à hurler : "Je suis fort" et d’une seule voix, les petits soldats reprennent : "Je suis fort, je suis fier, je suis fier, j’arriverais au bout, j’arriverais au bout." Cela sonne comme un cri de guerre remotivant les troupes. "Je me suis engagé dans l’armée de Mobutu à 14 ans" Je demande à Kibomango si ce n’est pas un peu jeune pour prendre les armes. Il me répond d’un ton sec et dénué de sentiment : "J’avais déjà vu beaucoup de massacres. C’était comme une forme de colère qui me poussait pour protéger les miens."

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620713

Un peu avant 6h du matin les premiers boxeurs attendent l'ouverture du stade de foot dans lequel se déroule les entrainements.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620719

"Venir à l’entraînement permet aux enfants des rues d’être autre chose que des shégué*. Ils sont des boxeurs. Ça leur donne un peu de confiance même s’ils repartent de l’entraînement le ventre aussi vide qu’à l’arrivée." Ces enfants sont les premières victimes des groupes armés. Souvent orphelins, les recruteurs savent les appâter avec des promesses d’argent et de pouvoir. Une fois dans la forêt, ils seront drogués et armés afin de grossir les rangs d’une rébellion qui ne sert que l’intérêt d’un chef de guerre.

*terme utilisé à Goma pour désigner les enfants des rues

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620728

Tous les adultes qui interviennent dans le club sont d'anciens enfants soldats. Quand je demande à Quedrique si cela est un critère il me répond l'air étonné : “mais nous sommes tous des enfants soldats” comme si il n'était pas possible d'être autre chose.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620724

Bidonville de Birère, Goma. Des prostituées, des criminels, des enfants des rues, j’ai l’impression que toute la misère du monde s’est donnée rendez-vous dans ce bidonville. Les cabanes de taule se font et se défont au rythme des naissances et des décès. Ici tout le monde a été victime ou bourreau de cette guerre qui en vingt ans a fait plus de six millions de morts.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620736

De sa vie de soldat Kibomango a gardé de mauvaises habitudes comme fumer de l'herbe.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

William Dupuy / Picturetank DUW0620731

6h du matin. C’est dans le stade des Volcans, à l’entrée du bidonville, qu’ont lieu les entraînements. Ouverts à tous, il suffit d’être là à l’heure. Les retardataires sont bons pour faire cinq tours de terrain mais ils s’exécutent sans broncher. Il y a beaucoup de curieux. "Les gens qui ne s’entraînent pas et qui regardent, profitent aussi de mes conseils. Ils écoutent, et peut-être que demain, tu les retrouveras à transpirer avec nous." Kibomango est toujours positif quand il s’agit du club.

Goma, Nord-Kivu, Congo, la république démocratique du - 15/05/2015

TOUTES UTILISATIONS EDITORIALES. SANS AUTORISATION. Infos : +33(0)143 15 63 53.



top