Heinrich VÖLKEL

    Wiesbaden, DE
    Né en 1974 à Moscou, Heinrich Völkel possède au plus haut point cette qualité que l’on attend de tout photographe : la faculté d’improviser. C’est d’ailleurs sa façon de s’adapter aux pires situations qui fournit sans doute la clé de tout son travail. Il a réalisé un grand nombre de photographies dans la bande de Gaza où le contraste brutal entre la destruction du paysage urbain par les troupes israéliennes et la profonde détermination de la population palestinienne à continuer de vivre dans un tel environnement a donné lieu à un corpus photographique étrangement esthétique. Au Maroc, il a photographié des réfugiés africains au moment même où, sautant d’une échelle, ils passaient la frontière dans l’espoir de trouver enfin la liberté.

    Axé sur les moments de repos où se reflètent autant le passé que le futur, la douleur que l’espoir, son travail exerce une certaine fascination. Pour l’exposition OSTKREUZ “On Borders” (“Aux frontières”), il a brossé le tableau calamiteux de ces villes chypriotes qui sont devenues autant de champs de bataille à mi-chemin entre guerre et paix. Quoique fondamentalement dévoué à sa photographie, Heinrich Völkel n’oublie jamais que ce sont les hommes qui lui fournissent ses sujets, et comme il l’a montré à de nombreuses reprises dans ses projets personnels comme dans ses reportages pour des magazines tels que Die Zeit, Stern ou Der Spiegel, il parvient toujours à restituer cette aura individuelle propre à chacun.

    Il vit et travaille à Wiesbaden.
    • S041151
      slideshow contactsheet The Terrible City Heinrich Völkel / Agentur OSTKREUZ / Picturetank

      In December 2008 began the israeli military operation „Melted Lead“, which destroyed nearly 4.000 buildings in the Gaza strip while at the same time around 20.000 were heavily damaged. Near the beginning of march 2009, about five weeks after the end of the war, Heinrich...



    • S041152
      slideshow contactsheet Un village et ses mariages Heinrich Völkel / Agentur OSTKREUZ / Picturetank

      A seulement 50 kilomètres de Madrid, au coeur d'une vallée bucolique, se trouve le petit village de Campillo de Ranas. Pendant longtemps ses habitants abandonnaient leurs maisons pour tenter leur chance à la capitale, toute proche.

      Mais depuis que Francisco Maroto a...