Frank SCHINSKI

    Hanovre, DE
    Que la maçonnerie soit la meilleure des préparations au métier de photographe – voilà une pensée qui pourrait vous traverser l’esprit à la vue des photographies de Frank Schinski. Peu nombreux sont les photographes qui travaillent avec une telle précision à la fois sur le plan chronologique et sur le plan visuel. Une fraction de seconde plus tôt, ses photographies n’auraient pas été. Tout y est à sa place, et c’est pourquoi ses photographies touchent à une telle perfection. Mais quoique les décors donnent parfois l’impression d’avoir été montés, Frank Schinski ne prépare rien. Bien au contraire, il observe le monde en anthropologue du regard, qui analyse les phénomènes sociaux uniquement par le biais de la photographie. Dans sa série “Stepping Down” (“En retraite”), il accompagne des hommes et des femmes au cours de l’une des journées les plus mémorables de leur vie : leur dernière journée avant la retraite. Dans “Das Weltgericht” ("Le dernier jugement"), il donne à voir la vie de tous les jours à la Cour Pénale Internationale, le tribunal le plus important du monde, dont les verdicts concernent une grande partie de la population mondiale.

    Né en 1975 à Prenzlau, non loin de Berlin, Frank Schinski a délaissé la maçonnerie vers la fin des années 1990 pour étudier la photographie à Hanovre. Il a rejoint OSTKREUZ en 2009. Son travail est aujourd’hui exposé régulièrement et il reçoit des commandes de magazines internationaux de même que de grandes entreprises comme Volkswagen, Sparkasse ou Continental AG.

    Il vit et travaille à Hanovre.
    • S040895
      slideshow contactsheet Le dernier jugement Frank Schinski / Ostkreuz / Picturetank

      Depuis 2002 a été mis en place une institution censée établir les barrières les plus fortes qui puissent exister. La Cour Pénale Internationale de La Haye est chargée de juger crimes de guerre, génocides et crimes contre l'humanité. A ce jour, vingt deux personnes ont...



    • S041144
      slideshow contactsheet L'Allemagne prend la pause Frank Schinski / Ostkreuz

      Selon une idée préconçue nos voisins allemands seraient champions européens de la compétitivité tandis que le salarié français, l'oeil rivé au cadran des 35 heures, serait aussi couteux qu'indolent. Il n'empêche que le vaillant travailleur germain bénéficie d'une...